Qu’est-ce que la gastro-médecine ?

La gastronomie-médecine est en réalité un néologisme presque synonyme d’un autre néologisme, nutraceutique, contraction de nutrition-pharmacie. En gros, cela signifie que manger, notre geste le plus quotidien, aide à rester en bonne santé et que par définition la recette du médecin et la recette de cuisine ne sont plus nécessairement deux entités complètement distinctes. Autrement dit, les aliments deviennent en quelque sorte des médicaments gourmands.

C’est un mouvement de plus en plus répandu qui met finalement en relation l’alimentation et la santé. L’idée se répand que les aliments de qualité peuvent avoir un effet positif sur la santé, tandis que les aliments de mauvaise qualité peuvent être l’un des facteurs déterminants de la perte de la force immunitaire, des défenses et de l’organisme. Par exemple, il est vrai que la viande est mauvaise pour la santé, mais si vous l’achetez à des fermes non intensives dont les animaux ont une vie digne de ce nom, vous pouvez en manger au moins une fois par semaine. Donc en quelque sorte, les aliments des médicaments !

Un régime alimentaire qualitatif et équilibré

Plus qu’un seul aliment – médicament, c’est l’ensemble des bonnes pratiques alimentaires qui devient un véritable médicament pour notre organisme. La synergie d’un comportement prudent est beaucoup plus importante que l’utilisation d’un seul produit parce que nous pensons que c’est bon pour nous. Ce qu’on appelle le « superfood » devient une mode du moment où tout le monde devient soudainement un expert. Mais avec ce genre de régime, vous risquez de manger trop de mauvaises choses ou de suivre un régime alimentaire non conforme.

Exemple : on sait que de nombreux aliments de la nature contiennent de la vitamine D. Mais en fait, avec le traitement et la conservation des aliments, la vitamine D est la première victime ! Autre exemple : toutes les graines oléagineuses. On dit qu’une poignée d’amandes par jour pourrait nous protéger de beaucoup de maladies. Certes, mais elles doivent être de bonne qualité ! La nourriture est donc un médicament, certes, mais nous devons nous concentrer sur toutes nos pratiques alimentaires et sur la qualité des aliments, et non sur un produit en particulier.

L’aliment peut-il remplacer le médicament ?

Pour qu’une substance active spécifique, comme par exemple la curcumine, ait des effets thérapeutiques lorsqu’elle est utilisée dans les aliments, c’est tout de même délicat. En soi, l’utilisation occasionnelle du curcuma pour assaisonner une salade ou deux spaghettis est positive mais n’a pas l’effet pharmacologique qui peut nous protéger. C’est l’ensemble des attentions qui peuvent aller de l’utilisation quotidienne de curcuma, aneth, coriandre, piment, piment, gingembre dans des plats appropriés qui peut emmener des effets positifs.

De plus, lorsque vous utilisez du curcuma, vous êtes soucieux de l’acheter en bonne qualité. Mais comme souvent, avec la poudre de curcuma, ce n’est pas facile car il se peut qu’elle soit cultivée à grande échelle avec des herbicides, du glyphosate, etc. L’ingrédient n’a jamais en soi un grand effet pharmacologique : si l’on a besoin d’une thérapie et que la curcumine est par exemple essentielle, il faudra certainement recourir à un supplément, à prendre comme médicament.

Accueil > Santé > Gastro-médecine : l’alimentation joue t-elle le rôle du médicament ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *