Des carences nutritionnelles en hausse

Telles sont les conclusions d’une étude de la T.H.Chan School of Public Health de Harvard, publiée dans la revue Nature Climate Change, selon laquelle d’ici 2050, 175 millions de personnes (soit 1,9% de la population mondiale) souffriraient d’une carence en zinc et 122 millions (1,3% de la population estimée au milieu du siècle) en protéines rares (en plus de toutes celles déjà carencées), aggravant la situation sanitaire déjà existante de plus de un milliard de personnes. Tout cela à cause des concentrations élevées de dioxyde de carbone qui, sans mesures de confinement adéquates, devraient atteindre 550 ppm (parties par million) d’ici le milieu du siècle, empêchant certaines cultures de mûrir la présence de nutriments et appauvrissant l’alimentation humaine dans le monde.

Le Dr Matthew Smith et ses collègues ont examiné, en particulier, l’impact des fortes concentrations de CO2 sur les niveaux de fer, de protéines et de zinc de 225 aliments et ont fait une projection sur la façon dont la diminution des nutriments dans les cultures aura un impact sur la santé et la nutrition des populations dans 151 pays. À l’heure actuelle, on estime que plus de deux milliards de personnes manquent d’un ou plusieurs nutriments qui proviennent habituellement des plantes : 63 % des protéines proviennent de sources végétales, comme 81 % du fer et 68 % du zinc. La conclusion est que si nous ne nous engageons pas à réduire radicalement les émissions de CO2 – de la façon dont nous chauffons nos maisons, à ce que nous mangeons, à ce que nous achetons – dans les 30 à 80 prochaines années, les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère dépasseront 550 ppm comparativement à environ 400 ppm aujourd’hui. Selon les chercheurs, cette augmentation réduira la teneur en fer, en protéines et en zinc de nombreuses cultures de base de 3 à 17 %.

De nombreux pays menacés

Des céréales plus pauvres en fer, en zinc et en protéines : tout cela qui risque d’aggraver fortement les carences alimentaires des populations des pays en développement. Trop de dioxyde de carbone (CO2) affecte les plantations, comme le riz et le blé, les privant ainsi de nutriments importants pour la santé. Sans zinc, fer et protéines, par exemple, l’alimentation devient déficiente, causant diverses maladies chez des centaines de millions de personnes et aggravant la santé de milliards d’individus dans le monde qui souffrent déjà de ces carences – en particulier dans les régions les plus pauvres – avec une augmentation des cas d’anémie et autres maladies.

Actuellement, 1,4 milliard de femmes en âge de procréer et d’enfants de moins de 5 ans vivent dans des pays où le taux d’anémie est supérieur à 20% et risquent de perdre plus de 4% de leur apport alimentaire en fer. Si les émissions ne sont pas réduites rapidement, prévient l’étude, le nombre et la gravité des carences nutritionnelles pourraient augmenter dans le monde entier. Le pays le plus touché, selon l’étude, serait l’Inde, avec environ 50 millions de personnes souffrant de carence en zinc, 38 millions de personnes pauvres en protéines et 502 millions de femmes et d’enfants vulnérables aux carences en fer. L’Asie du Sud et du Sud-Est, l’Afrique et le Moyen-Orient sont les régions les plus à risque, mais des millions de personnes verront leurs déficits nutritionnels s’aggraver dans le reste du monde également.

Accueil > Bio > Des aliments moins nutritifs en raison du changement climatique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *