Une biodiversité en déclin ?

La biodiversité agricole semble aujourd’hui certainement plus rentrée dans les mœurs qu’il y a quelques années, à la fois dans l’esprit des consommateurs, plus concernés que jamais, mais également dans le panorama des politiques, prêts à lancer des séries d’actions pour surveiller et préserver les ressources en danger. De nombreux appels à propositions comportent des mesures visant à protéger la biodiversité et les agriculteurs qui la garantissent, notamment par des incitations économiques.

Cependant, malgré les mesures de protection, la biodiversité continue de décliner : de très nombreuses espèces végétales et races animales sont menacées d’extinction. Et si nous continuons à ne traiter la question que d’un point de vue environnemental, social et culturel, sans profiter pleinement des énormes opportunités, y compris économiques, qui peuvent être générées grâce à la récupération et à la diffusion des productions locales, il sera toujours très difficile de maintenir la cohérence des ressources disponibles pour les agriculteurs.

Un saut qualitatif définitif peut être atteint si la biodiversité est placée au cœur de chaque choix stratégique de politique agricole : cela permettrait de révolutionner non seulement le secteur agricole, mais l’ensemble du système alimentaire national.

Favoriser l’aide et la promotion

C’est pourquoi il est nécessaire en agriculture de passer des concepts de protection et de conservation à ceux de promotion et d’expansion de la biodiversité et des produits qui en découlent. Nous avons besoin d’un changement de rythme, à commencer par la politique, afin de pouvoir orienter les systèmes de production de l’entreprise. Les avantages seraient nombreux, pour les agriculteurs et pas seulement. D’abord parce que notre agriculture a besoin d’échapper à une concurrence où le choix récompense presque exclusivement le prix le plus bas.

D’une part, cette logique étouffe les producteurs qui ne peuvent pas (ou ne veulent pas) poursuivre sans fin la réduction des coûts de production et, d’autre part, elle conduit inévitablement à une diminution de la qualité de la production alimentaire, qui ne profite en rien aux consommateurs. La biodiversité devrait être la principale force de l’industrie agro-alimentaire, car nous disposons encore d’un énorme patrimoine, comparé à de nombreux autres pays, pour cultiver des plantes et des races animales largement sous-utilisées, car la plupart de notre agriculture est presque toujours concentrée sur quelques variétés.

De plus, une agriculture basée sur des productions moins homologuées offre au citoyen une plus grande possibilité de choix et, probablement, facilite le développement des mécanismes de l’économie locale. Tout cela sans considérer que les bénéfices les plus importants sont les bénéfices environnementaux, car la qualité de l’eau, de l’air, de la terre sont étroitement liés à la préservation de la biodiversité. Et la meilleure façon de préserver cette ressource est de s’assurer qu’elle ne disparaisse pas de nos cultures.

Accueil > Bio > L’agriculture a besoin d’aide pour préserver la biodiversité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *